hospitalité    ferme    social    pédagogique    éducatif    thérapeutique    scolaire    vacances    solidarité    femmes    enfants    jeunes    personnes âgées    personnes handicapées    individuel    groupe    chantier    placement    hébergement    formation    professionnalisation    statuts    revenu    urbain    agriculteur-trice    durabilité    adulte    



Vous souhaitez accueillir !

Rechercher :


Les activités d'accueil du réseau CIVAM




Le projet ACFAM en Massif Central
Accueil de jeunes   Témoignages

Accueil de jeunes avec la PJJ et les associations habilitées

Extraits de témoignages recueillis lors d’enquêtes auprès d’agriculteurs accueillants PJJ :

• L’activité agricole ne consiste pas seulement en la production agricole et alimentaire. Elle nécessite souvent la mise en œuvre de compétences multiples : maçonnerie, électricité, mécanique, vente, comptabilité, … « Chacun peut y trouver quelque chose qui lui plaît. » Ce faisant, les stages découverte s’avèrent pluridisciplinaires et peuvent ouvrir de plus larges horizons professionnels aux accueillis.

• Avoir une activité de production nécessite de respecter un rythme de travail : c’est l’activité qui dicte les règles de base. La saisonnalité des travaux agricoles oblige à se projeter dans l’avenir, ouvre des perspectives.

• Avec un bon accompagnement, l’accueilli peut devenir assez vite autonome sur certaines activités, prendre quelques responsabilités, sans pour cela avoir un gros bagage technique. « Le travail de la terre n’est pas un frein » : l’activité agricole se révèle accessible.

• L’activité agricole requiert souvent du travail en entraide avec les voisins, le partage de matériel, donc des échanges sociaux fréquents. Vivre dans un milieu ouvert, socialisé est une ouverture qui donne la possibilité à l’accueilli de se reconnecter avec la société.

• Le travail est souvent manuel, on peut ainsi travailler dans le silence et le calme, des conditions de travail qui sont souvent propices au dialogue, voire aux confidences. Ces échanges apparaissent bien souvent essentiels pour reprendre confiance en soi, envisager un nouvel avenir. L’activité est par ailleurs souvent physique : cela permet de réapprendre le goût et le plaisir de l’effort. Elle offre la possibilité d’obtenir au final une production concrète, valorisante pour celui qui l’a faite.

• L’accueil en milieu rural offre l’opportunité aux jeunes de croiser des personnes passionnées par leur activité, ce qui valorise leur perception du travail : « Souvent, les gens qui travaillent dans le milieu agricole sont des passionnés, car il faut une dose de passion et d’abnégation pour faire ce genre de métier astreignant. On peut en dire autant des artisans ! » Ce sont donc souvent des périodes particulièrement stimulantes.

• Le lien avec les animaux : pour certains, il permet de redécouvrir la relation à l’autre, la patience, la persévérance, comment communiquer sans violence. « La présence animale est apaisante pour certains, stressante pour d’autres. Cette situation les amène à se questionner sur leur relation avec les autres. » Les accueillis peuvent se trouver en situation d’éducateur par rapport à un animal. Ils doivent alors (ré)apprendre un langage cohérent, un comportement maîtrisé.

• L’activité agricole retisse un lien fort avec l’alimentation, et réapprendre à bien manger s’avère souvent primordial pour les personnes accueillies. Cela participe à les remettre dans une dynamique de vie, et non plus de survie.

 

Accueil de jeunes de banlieue avec l'association CAP & VIE

 

Se diversifier vers l’accueil

 

Stephen de Peyrelongue s’installe en 2002 sur l’exploitation de ses parents en bovins plein air et ovins sur 100 ha de SAU. Mais très vite et déjà très sensible à l’impact que l’agriculture peut avoir sur l’environnement, il commence à diminuer ses consommations d’engrais et de pesticides. Puis en 2005, il continue sa démarche en gérant au mieux ses quanti-tés d’herbe disponible, ce qui lui permet d’augmenter son autonomie. Puis, en 2007, Sibylle s’installe avec lui et une EARL est créée, tous deux décident de convertir l’exploitation en agriculture biologique. En 2007, les effectifs diminuent à 163 brebis et 50 vaches sont éle-vées sur une SAU de 100 ha. Mais, l’EARL souhaite en-core diminuer son cheptel afin d’arriver à 130 brebis et 40 vaches. C’est à ce moment qu’ils commencent à accueillir des enfants sur leur ferme.

Des citadins dans les campagnes

Nous accueillons sur la ferme des enfants sur de courts séjours depuis 5 ans. Nous travaillons avec une association de Limoges qui suit des enfants avec des situations de famille parfois un peu compliquées.Nous accueillons quasiment toutes les vacances, un ou deux préadolescents. Ils restent 4 à 5 jours sur la ferme et participent non seulement aux activités agricoles mais font égale-ment des excursions avec Sibylle et Stephen telle que l’ac-crobranche... Une jeune fille ayant récemment passé un séjour chez eux leur a écrit que « même sans télévision ni jeux vidéos, [elle] s’était bien amusée ! ». C’est très enrichissant, on rencontre des enfants de différents milieux, origines, cela reflète la multitude des situa-tions de la vies...

 

D'autres témoignages

« Ce qui me plaît avec ces jeunes, c’est qu’ils découvrent tout, ils sont toujours ébahis. (…) Ce qui les passionne, c’est le ramassage des oeufs. » Michèle, accueillante depuis 2003

« C’était très bien, j’ai vu des chevaux, des biquettes, des chèvres et plein d’autres animaux. J’ai vu des choses que je ne connaissais pas dans la nature et à la ferme. » Cindy, 8 ans, Sartrouville