hospitalité    ferme    social    pédagogique    éducatif    thérapeutique    scolaire    vacances    solidarité    femmes    enfants    jeunes    personnes âgées    personnes handicapées    individuel    groupe    chantier    placement    hébergement    formation    professionnalisation    statuts    revenu    urbain    agriculteur-trice    durabilité    adulte    



Vous souhaitez accueillir !

Rechercher :


Les activités d'accueil du réseau CIVAM




Le projet ACFAM en Massif Central
 


Accueil social


L'accueil social à la ferme est loin d'être un terme générique. Chez nos voisins européens où l'activité existe, les dénominations varient sans recouvrir exactement les mêmes pratiques et les mêmes conditions d'exercice : agriculture sociale, agriculture thérapeutique, agriculture de soin, ...

En France, les réseaux CIVAM et Accueil Paysan ont adopté l'expression "accueil social à la ferme et en milieu rural" qui recouvre les activités d'accueil se déroulant au domicile et dans les fermes des accueillants.

L'accueil social à la ferme et en milieu rural est ainsi à distinguer des activités agricoles conduites au sein d'établissements médico-sociaux, dont il existe des exemples assez nombreux (notamment ESAT agricoles). Les partenariats entre ces établissements et les réseaux d'agriculteurs et de ruraux accueillants montrent que ces dispositifs sont complémentaires.

 

 

Des échanges de part et d'autres des frontières, encore peu fréquents, permettent de découvrir les pratiques en cours :

 

Voyage d'étude d'agriculteurs de la région de Malopolska (Pologne) en Rhône-Alpes

Découverte de l'accueil social et échanges avec les accueillants et élus (ici avec M. Bourdelle, conseiller général de la Loire en charge des personnes âgées)

 



accueil de jeunes




Accueil de jeunes


ACCUEIL DE JEUNES AVEC LA PJJ ET LES ASSOCIATIONS HABILITEES

L’accueil consiste à héberger un jeune chez soi pendant la durée prédéfinie avec son unité d’accueil. Cette durée peut être très variable selon les dispositifs : d’un jour à plusieurs mois voire plusieurs années dans le cas de placements. On privilégiera l’hébergement dans la maison plutôt que dans un local annexe pour favoriser l’intégration au sein de la famille, le dialogue, le partage des tâches, …

Il s’agit d’offrir un cadre de vie quotidien ordinaire. Votre emploi du temps n’a pas à être modifié, bien qu’il puisse subir quelques aménagements car faire découvrir une activité prend nécessairement du temps et la personne ira forcément moins vite que vous, au démarrage tout au moins.

Selon les modalités convenues, le jeune peut être simplement hébergé chez vous et scolarisé la journée, ou au contraire venir la journée chez vous pour participer aux activités agricoles et rentrer dans son centre d’accueil ou dans sa famille le soir. La combinaison hébergement / activité agricole est une autre possibilité.

Recrutement des familles d’accueil et préparatifs…

Aucun agrément spécifique (ASE, DDJS, …) n’est imposé aux familles d’accueil ou aux maîtres de stage. Chaque candidature donne lieu à une rencontre préalable entre les accueillants et l’établissement du jeune. Une « fiche accueillant » vous sera demandée pour donner les renseignements utiles sur la famille, la ferme et ses activités.

Chaque séjour fait l’objet d’une convention d’accueil. Les coordonnées du référent (éducateur) du jeune y sont inscrites et vous pourrez l’interpeller en cas de problèmes pendant le séjour.

Les accueillants sont indemnisés de leurs frais. La base est de 31 € / jour au 1er avril 2011 pour les familles d’accueil (agricoles ou non). Un défraiement complémentaire est sollicité lorsque l’accueil inclut la participation aux travaux de la ferme et ne se limite pas à l’hébergement.

Consulter la note relative aux dispositions financières concernant les familles d'accueil de la PJJ du 17 mars 2011

 

Pour mieux connaître les publics concernés, mieux comprendre leurs difficultés et leurs parcours, ou encore rencontrer les personnels de la PJJ, des journées de formation-échanges sont organisées par les Civam. Vous en serez informés par votre relais habituel.

Vous pouvez vous faire connaître auprès du groupe CIVAM le plus proche de chez vous ou celui auquel vous adhérez.

Si vous n’êtes pas encore membre du réseau, vous pouvez contacter la coordonnatrice nationale du dispositif :

Corinne MELLET-ESNOUF au 04 73 61 94 04

mellet.civam[at]wanadoo.fr

 

 



Accueil d'adultes


Il s’agit de partager le quotidien sans rechercher « l’évènement exceptionnel ». Votre emploi du temps n’a pas à être modifié, bien qu’il puisse subir quelques aménagements car faire découvrir une activité prend nécessairement du temps et la personne ira forcément moins vite que vous.

Souvent, les personnes accueillies apprécient d’être responsables de « petites » activités telles que s’occuper de la basse-cour, participer au jardin, s’assurer que les bacs à eau sont pleins…

Ces séjours peuvent aussi être des temps de repos, certaines personnes ne pouvant physiquement pas vous suivre dans vos travaux. Il convient d’être relativement indulgent et attentif aux capacités réelles des personnes.
Les séjours peuvent être reconduits si l’accueilli(e) et l’accueillant le souhaitent et si le service d’accompagnement d’Aurore y est favorable.

 

Accueil dans une exploitation viticole de la Côte Roannaise (42)

 


Les préparatifs…
Aucun agrément spécifique (ASE, DDJS, …) n’est imposé. Chaque candidature donne lieu à une rencontre préalable. Une « fiche accueillant » vous sera demandée pour donner les renseignements utiles sur la famille, la ferme et ses activités.
Chaque séjour fait l’objet d’une convention d’accueil qui vous est envoyée ou remise par la personne à son arrivée. Les coordonnées de son référent Aurore y sont inscrites et vous pourrez l’interpeller en cas de besoins pendant le séjour. L’association Aurore se charge par ailleurs de fournir une assurance aux personnes accueillies durant leur séjour.

La personne accueillie peut avoir des médicaments à prendre, dans ce cas, des consignes vous sont données si nécessaire. Sinon, le comportement à adopter est le même qu’avec vos proches.

Les accueillants sont indemnisés de leurs frais. Les conventions CIVAM actuelles fixent l'indemnité accueillant à 50 € / jour pour reconnaître le temps passé avec les personnes, qui ne se limite pas à l’hébergement. Ce montant est indicatif car les dispositifs financiers sont à renégocier chaque année.

Pour mieux connaître les publics concernés, mieux comprendre leurs difficultés et leurs parcours, ou encore rencontrer les référents de l’association Aurore, des journées de formation-échanges sont organisées par les CIVAM. Vous en serez informés par votre relais habituel.

Vous pouvez vous faire connaître auprès du groupe CIVAM le plus proche de chez vous ou celui auquel vous adhérez.
Si vous n’êtes pas encore membre du réseau, vous pouvez contacter le coordonnateur national du dispositif :
Jean-Paul KERVEILLANT au 04 77 97 30 08
jean-paul.kerveillant@cildea.asso.fr

 



Accueil de personnes âgées et/ou personnes handicapées


1 - L’accueil familial permanent

L’accueil permanent s’exerce à temps plein, toute l’année.

C’est la principale forme d’accueil familial social. Elle permet de garantir la continuité de l’accueil et offre à l’accueilli la sécurité d’un logement et d’un accompagnement sur le long terme.

 

2 - L’accueil familial temporaire

Répondant aux mêmes critères d’agrément que l’accueil permanent, l’accueil temporaire s’est développé pour répondre de façon souple à des personnes vivant en institution ou résidant chez elles ou chez un parent et qui souhaitent être accueillies en familles. L’accueil temporaire est un accueil court. Il peut prendre plusieurs formes : vacances, séjour de rupture pour sortir d’une institution (maisons de retraite), tester une réorientation en ESAT, etc. Cet accueil permet aussi à des adultes handicapés de sortir de leur famille. Il peut être ponctuel ou régulier. La famille accueillante devient alors un lieu repère, chaleureux pour souffler. Enfin l’accueil peut aussi être intermittent (on pourra aussi le classer comme accueil permanent).

Exemple : un adulte handicapé travaillant en ESAT durant la journée réside le soir, le week-end et certaines vacances dans une famille d’accueil.

 

• Accueil familial de jour

L’accueil de jour en accueil familial n’a pas de reconnaissance officielle dans la loi. Il n’est pas nécessaire d’obtenir un agrément pour le pratiquer. Cependant, tant pour la professionnalisation de l’accueillant que pour l’accès aux aides sociales des accueillis, il est préférable de demander un agrément au Conseil Général. Cet accueil se pratique sur une journée ou une demi-journée. L’accent est mis sur les activités prévues à l’avance avec l’accueilli.

 

Accueil familial de remplacement

En acceptant son agrément, chaque accueillant familial s’engage à avoir un remplaçant.

C’est une obligation, en cas d’accident, d’arrêt maladie, le temps parfois de faire une course ou bien le temps de quelques jours à quelques semaines de congés. De ce fait, certains accueillants ont choisi de se spécialiser dans l’accueil de remplacement.

 

Pour devenir accueillant(e) familial(e), il convient d'être agréé(e) par son Conseil Général.

Obtenir l’agrément du Conseil Général

Pour cela, l'accueillant familial s’engage à :

• garantir la continuité de l’accueil, en envisageant une solution pour son remplacement

• garantir la santé, la sécurité, le bien-être physique et moral de la personne accueillie

• suivre une formation initiale et continue

• permettre le suivi social et médico-social de l’accueilli

• souscrire un contrat d’assurance garantissant les conséquences financières de sa responsabilité civile

• disposer d’un logement conforme aux normes minimales d’habitat et de salubrité fixées pour l’octroi des aides au logement.

 

Passer un contrat d’accueil écrit avec l’accueilli

Ou son représentant légal, afin de préciser :

• Les conditions matérielles et financières de l’accueil

• La liste des prestations assurées

• Les modalités de remplacement en cas d’absence

• La description des espaces privatifs mis à disposition

• Les modalités de rupture du contrat

• La durée de la période d’essai (un mois renouvelable une fois)

• Le contentieux qui relève du tribunal d’instance (dans la mesure où ce n’est pas un contrat de travail)



Accueil éducatif


 

Quelques exemples

 

Fiche "pistes et idées pour l'accueil de collégiens à la ferme"

En Sarthe des agriculteurs ont travaillé ensemble pour faire de l'accueil de collégiens.

Outils pedagogiques v2 sarthe.pdf

 

Une mallette pédagogique "Enquêtes d'agriculture"

En Languedoc-Roussillon, le réseau régional CIVAM organise depuis plus de 15 ans des visites de scolaires à la ferme (plus de 8 000 en 2011). L’occasion pour les agriculteurs, les enseignants et les animateurs d’éveiller la curiosité des jeunes visiteurs sur les métiers et le fonctionnement d’une ferme, tout en les amenant à s’interroger sur l’agriculture et l’alimentation locale : En quoi les choix de l’agriculteur ont un impact sur l’environnement, la santé et la qualité des produits que vous consommez ? Pourquoi dit-on que les productions agricoles sont le reflet d’un terroir ? Qu’est-ce qu’être agriculteur aujourd’hui ? Comment percevoir différemment les activités et produits de la ferme en utilisant ses 5 sens ? Que signifie manger local, en circuits courts et de saison ?

La mallette pédagogique Enquêtes d’agriculture est née d’une volonté commune des agriculteurs, enseignants et animateurs de faire de la ferme, un support d’investigation pour les élèves au-delà des seules visites et en complément des supports pédagogiques existants. Elle comprend un panel de 45 activités de courte durée (de 30 minutes à 1 heure) pour permettre de diversifier au maximum les approches. Les contenus pédagogiques sont structurés autour de 5 thématiques complémentaires qui nous ont paru éclairer au mieux les différentes facettes de l’agriculture et de l’alimentation en tant qu’enjeux de société. Une attention particulière a été portée à l’ancrage des activités dans la réalité des fermes du Languedoc-Roussillon faisant de la mallette Enquêtes d’agriculture un outil spécifique indissociable de la ferme.

Les 5 thématiques de la mallette Enquêtes d’agriculture  que nous avons retenues sont :

- Les 1001 casquettes de l’agriculteur : découvrir les métiers et savoir-faire en agriculture

- Bien produire pour bien manger : comprendre les bienfaits d’une alimentation diversifiée

- Découvrir la ferme avec ses 5 sens : avoir une approche sensorielle de la ferme

- Ca tourne rond à la ferme : suivre le cycle de vie des produits, du champ à l’assiette, au fil des saisons

- La ferme dans son territoire : comprendre comment la ferme est liée à son environnement

Convertis en véritables enquêteurs de terrain, les élèves seront amenés à dépasser certaines idées reçues (les tomates poussent aussi en hiver, le compost c’est sale, les chèvres ont toujours du lait…) pour construire leurs propres connaissances. En rendant les participants acteurs de la visite à la ferme et en stimulant leur esprit critique, il s’agit de les faire réfléchir à leurs comportements alimentaires et au contenu de leur assiette. Il s’agit également de les sensibiliser au type d’agriculture qui est à l’origine des produits que nous consommons, et aux pratiques les plus favorables à une alimentation savoureuse, de qualité, respectueuse des hommes et des ressources naturelles de nos territoires.

Les différentes activités pédagogiques ont été co-construites par des agriculteurs, des pédagogues et des animateurs à l’issue d’un travail partenarial de 18 mois. Par son approche transversale et pluridisciplinaire, nous espérons que la mallette Enquêtes d’agriculture permettra de faciliter l’interconnaissance et le dialogue entre le monde de l’agriculture et celui de l’enseignement afin d’enrichir la préparation des visites, la mise en œuvre des activités et la réappropriation des acquis en classe.

Dans le présent cahier, vous trouverez la liste des contenus de la mallette Enquêtes d’agriculture et un sommaire des activités proposées par thématique, des éléments de compréhension sur l’agriculture régionale (carte des productions, signes officiels de qualité…), des tableaux pour faire le lien entre programmes scolaires et activités possibles à la ferme selon les saisons, une présentation des méthodes pédagogiques utilisées et des conseils pour bien préparer une visite, la liste des auteurs et contributeurs, des contacts et une revue bibliographique.

Les 5 cahiers thématiques comprennent les différentes fiches activités et notices des jeux, accompagnées selon les cas de supports matériels (cartes, fiches, badges…). En fonction des objectifs poursuivis et du niveau des scolaires accueillis, les agriculteurs, enseignants et animateurs pourront facilement identifier et prendre en main le jeu le plus approprié.

La mallette Enquêtes d’agriculture présente un caractère évolutif. Nous espérons que nombreux seront les utilisateurs à nous faire remonter leurs remarques, suggestions ou avis critiques afin que les activités proposées soient enrichies de l’expérience et démultipliées. La mallette Enquêtes d’agriculture a également été conçue de sorte à être facilement transférée à d’autres territoires, hors Languedoc-Roussillon. De part son format dématérialisé (fichiers PDF téléchargeables gratuitement), des agriculteurs, enseignants ou animateurs d’autres régions pourront s’en emparer et adapter les différentes activités pédagogiques à leur contexte agricole local.

En 2011 et 2012, notre projet a bénéficié de la confiance et du soutien de l’Etat et de la Région, qui on été déterminants pour l’aboutissement de ce travail partenarial d’envergure. En effet, les questions d’alimentation, parce qu’elles renvoient à des enjeux économiques, sociaux, environnementaux et de santé publique, sont de réelles préoccupations de société. Les valeurs et messages portés par la mallette Enquêtes d’agriculture, en particulier en matière de circuits courts, d’éducation à l’environnement, de promotion des produits régionaux et d’alimentation de qualité, sont des priorités inscrites dans le Programme National pour l’Alimentation du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, dans les politiques de la Région Languedoc-Roussillon et dans les missions de l’Education Nationale.